Différences entre les vagues pour le bodyboard et les vagues pour le surf

Bien qu’il existe de grandes différences entre le surf et le bodyboard, ces deux sport ont toujours été de pair, avec une certaine  rivalité et lutte pour les vagues et les plages. Mais au final, ils ont toujours vécu ensemble en harmonie.

Il est vrai que le surf est présent sur nos plages depuis plus longtemps, et que le bodyboard ne serait pas né sans une planche de surf cassée

Malgré tout, il y a toujours une certaine rivalité et cela chambre pas mal pour savoir quel sport est le meilleur et le plus radical.

Avec une planche de surf, il est possible de prendre des vagues plus rapides qu´en bodyboard, alors qu´en bodyboard,  on pourra prendre des vagues plus « sèches » et creuses qu’en surf, par le simple fait de rester couché sur la planche, et donc de gagner de précieuses seconde au take off (se mettre debout sur une planche de surf). Les surfeurs essaient souvent de dédaigner et de rabaisser le bodyboard (avec souvent pas mal d´humour) sous pretexte que le bodyboarder ne se lève pas sur sa planche et reste couché. Et au contraire, les bodyboarders sont fiers que lorsque la mer est très forte et les vagues difficiles, ce sont eux qui vont à l’eau. Même si les surfeurs les plus expérimentés et « couillus » peuvent être aperçus dans des vagues pour bodyboarder.

Surfer nécessite généralement plus d’années de pratique pour prendre les vagues radicales, à cause de la difficulté de se lever sur la planche au bon endroit en quelques millièmes de seconde pour un take off  parfait, et parce qu´il y a plus de danger autour avec la planche, les dérives, le fait de se mettre debout … Ce qui complique pas mal les choses.

Alors que pour un bodyboarder profite pleinement de ces vagues radicales, creuses et puissante, il lui faudra moins de temps et d´expérience qu´en surf, même quand même une bonne paire de c******.

Procédons par étape:

Rappel0ns que les vagues sont créées à la surface de l’océan et sont produites par le vent lors des tempêtes. Elles peuvent parcourir des centaines de kilomètres, durant lesquelles elles se développent,  jusqu’à atteindre la côte où elles se heurtent avec le rivage. se forment et déferlent, créant notre passion.

Vagues pour le surf: un surfeur préfère généralement les vagues longues, avec un bon mur et plusieurs sections pour pouvoir pomper, carver, et envoyer des virages à la lèvre … En bref, des vagues qui lui permettent de manœuvrer. Même si au fur et à mesure qu’ils progressent, ils recherchent des vagues plus explosives, qui tubent, pour repousser leurs limites, mais sans jamis perdre de vue les belles courbes propres au surf.

Il y en a de différentes sortes:

C´est souvent le beachbreak classique et pas mal fréquenté, ou les vagues déferlent de manière plus ou moin aléatoire, faisant que chacun á sa chance d´en prendre. Ce sont les conditions les plus souvent rencontrés, du moins en Europe.

Les surfeurs recherchent le plus souvent de longue vagues, qui leurs permettent de carver et de manoeuvrer jusqu´à ne plus sentir leurs jambes. Il en existe de tous les types, mais il s’agit généralement d´une succession de sections lentes et manoeuvrables qui deviennent rapides et tubulaire, et vice versa.

Pour les surfeurs de bons niveaux, la manoeuvre reine restera toujours de se caler dans un bon tube!

Le surf de grosses vagues est très populaire dans les médias, mais reste une pratique  confidentielle, moins de 0,01% de la population de surfeurs le pratiquant. Mais pour les gens normaux, ceux qui ne surfent pas ou ne font pas de bodyboard 🙂 c´est une super vitrine du sport. Ce genre de vague nécessite des planches de surf très longues, pour avoir du contrôle et de la vitesse. Des vagues comme Jaws à Hawaii, Nazare au Portugal ou Belhara en France offrent des images spectaculaires chaque hiver.

Et enfin, il y a ceux qui ont une case en moins et cherchent des vagues de reef mutantes ou la chute n’est pas permis.

Ces vagues sont normalement prise avec l´aide d´un jet ski, nécessaire pour attaquer la vague avec suffisamment de vitesse.

Les vagues de bodyboard: 

Contrairement au surf, le bodyboard est un sport qui a besoin de vagues puissantes pour révéler tout son potenciel. Bien qu’il y en ait de tous types et pour tous niveaux, un bodyboarder cherche généralement la vague la plus puissante et creuse pour envoyer ses manœuvres, ou avec le tube le plus sec possible, ou avec une bonne section pour taper la lèvre et voler.  L’avantage du bodyboard est l´absence de take off comme en surf en surf, les précieuses mili seconde économisés permettent de prendre des vagues plus sèches et plus rapides.

Dans ce sport, il y a aussi les sessions moyennes et les vagues du quotidien. Ce sont des vagues de sable, des beach break de qualité moyenne, avec certains pics meilleures que d´autres.

Les fameux wedges sont un autre type de vague particulièrement propice au bodyboard. Ca sont deux vagues qui se rencontrent, qui s’unissent pour former un triangle avec une bonne rampe pour s´envoler!

Les vagues de reefs.

Certaines sont courtes avec une descente technique, et un bon tube à la clé. Les palmes de bodyboard permettent de générer una accélération rapide pour mettre toute les chances de son côté. 

D’autres consistent en une descente un peu plus simple avec un mur en forme de coude ou de triangle, qui permettent de prendre de la vitesse avant d´aller taper la lévre. C´est la forme du fond qui définie la manière dont la vague va casser.

Les vagues polyvalentes surf et bodyboard!

Il existe d’autres vagues de classe mondiale qui peuvent convenir autant aux surfeurs qu´aux bodyboarders. De mon point de vue, il peut s’agir de Pipeline à Hawaii, de Teahupoo à Tahiti, de Puerto escondido au Mexique,  ce type de vagues qui convient aussi bien aux surfers qu´aux bodyboarder.

Teahupoo

Puerto escondido

Pipeline

Chacun a sûrement son opinion sur chaque sport, mais c’est notre vision des choses et ce que nous avons vu au fil des ans!  N’hésitez pas à laisser ton point de vue en commentaire.

Et vive la communauté des surfeurs et des bodyboarders! Il y a de la place pour tout le monde  dans l’eau (ou presque).

Summary
Note moyenne: 4.6. sur 14 votes.
Please wait...
Compártelo en:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *